Chronique : 45stainless|Apes of Wrath|DCA| « An international 4-Way Split »

Par Xavyeah dans Chroniques

« An international 4 Way split »/One life one crew records
Hardcore/Beatdown/Metal

Le BeatDown hardcore a bonne cote depuis environ 4 ans, le nombre de formation a quasiment triplé ces dernières années et particulièrement dans le Benelux jusqu’à chez nous en France. Effet de mode ou renouvellement de la scène hardcore ? on optera pour un peu des deux. Ces derniers temps la scène a vu naître des groupes un peu trop conventionnels laissant les plus besogneux sortir plus aisément du lot, et cela par leur faculté à créer des morceaux moins «facile» plus travaillé avec une approche plus large du style.

Sur ce split, 4 groupes européens se renvoient la politesse en proposant chacun 3 titres . L’esprit de compétition n’est pas le but de cette démarche mais plutôt la volonté d’une démonstration du style afin de proposer une vitrine de la scène underground à dominante BeatDown. Cependant la comparaison entre groupes est inévitable, et dans ce split on pourra attribuer un bonnet d’âne, et des bons points aux meilleures élèves. Parmi ces 4 protagonistes nous avons un représentant français en la personne de DCA, groupe messin qui se bouge pour faire partie des leaders de la scène, et dont la montée en puissance est constante depuis la sortie de leur ep « Three rows of teeth ».

On démarre avec 4 STAINLESS groupe dont la provenance surprend en vu du style, la Finlande étant plutôt une terre du Metal extrême et Folk. Les finnois font dans l’efficacité à travers des morceaux toutefois conventionnels dans leur constructions, et qui puisent dans des influences plutôt Metal. «Fall behind» reste un morceau assez bien ficelé, et qui plus est, le seul morceau à avoir eu l’audace de placer un solo dans un titre ou le groupe tape un peu peu du côté du Thrash core/crossover. Une entrée en matière satisfaisante, mais pas de quoi sauter au plafond. Par ailleurs les morceaux présentés ne sont pas très représentatifs en ce qui les concerne, puisque qu’un ep a vu le jour, bien plus abouti et percutant. A noté que le premier album est en préparation.

CFF (Calvaria fuck fever) est d’un ennui terrible, les allemands sont assurément «le bonnet d’âne» du split, prévisible et véritablement l’archétype du groupe beatdown qui n’a pas la volonté de sortir un peu du cadre trop réglementaire du style européens démarré avec Nasty en 2004. Ainsi un morceau comme «crusade?» est vraiment fade car construit de manière basique , montrant un groupe qui mise sur la lourdeur rythmique sans dégager de réelle personnalité ou un semblant d’âme. Un groupe qui recherche à combler son manque de créativité par des morceaux lourds et peu attractifs. Les autres titres ne montrent rien de bien mieux. Pas très trépidant.. au suivant!

Attaquons maintenant les groupes les plus intéressants du split.

APES OF WRATH groupe qui fait un peu figure d’exception sur l’ensemble, car très différent dans son approche du Hardcore, se rapprochant plus des premières formations apparentées au Beatdown des débuts comme Bulldoze. Il s’agit du groupe le plus expérimenté dont les aboiements du chanteur le rapproche plus d’un style classique New Yorkais. En effet ce sont les vétérans de ce split, comptant des membres de Cruel Hand et Death Threat. Du Hardcore plus traditionnel et efficace mais l’essence est là et ça se ressent fortement. Les américains usent de plans plus classiques, les twosteps sont maîtrisés, les rythmique discrète mais dynamique. Un groupe montrant un savoir faire certain, le rendant solide, plaisant et respectable, cependant les morceaux auraient gagné en qualité si la prod était moins rustre.

Le meilleure élève est assurément les français de DCA. Attention, point de favoritisme , et je ne suis pas très nationaliste. Les mosellans ne sont pas à leur coup d’essai, la démo puis l’ep ont montré un groupe prometteur sachant se montrer meilleurs compositeurs que d’autres et d’un niveau équivalent à certains leaders.
Le son présenté est moins lourd et crade mais plus léché mettant en avant les parties de batterie qui sont bien plus véloces que les autres permettant des changement rythmiques fluides et percutants. Ajoutez à cela un chant d’une rage et d’une agressivité qui nuance, et marque le ton comparé aux autres challengers. Le désormais quartet, le deuxième guitariste ayant quitté le navire, est toujours aussi chirurgicale et sait manier avec aisance les différentes armes du HxC voir plus, passant d’un rythme enlevé sur les twosteps, à des parties de double pédales dégageant le terrain pour magnifier les breaks écrasants. C’est d’une évidence, le crew a évolué car bien plus affûté et maître en sa demeure. Sur les morceaux présentés les messins ont su aussi bien s’entourer en misant sur les featurings pour apporter davantage de cachet aux morceaux, l’intervention de Paul de Desolated sur 692540 est salvatrice, «brainfuck broadcast» avec Alex de malevolence plus classique mais dynamique, vous trouverez d’ailleurs une version différente en exclu web sur brainfuck broadcast 2.O, qui est bien plus brutale que celle-ci. Le groupe est actuellement en train de composer son premier album, un virage que si le groupe négocie parfaitement devrait les positionner comme une valeur sure de la scène européenne.

Au final les groupe ayant joué les gros bras se sont fait bouffés par les plus véloces et rapides qui foncent dans le tas et accélère le tempo quand il le faut, sans tout miser sur la lourdeur et la lenteur.


Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.

Ajouter un commentaire

Obligatoire

Ne sera pas publié. Requis

Facultatif