Chronique : « State Of Disillusion » de Deficiency

Par Dwight dans Chroniques

Dans mes tout débuts, le Thrash n’a jamais été ma grande passion. Je trouvais ça trop basique, trop linéaire, trop simple… J’ai donc rangé ce style dans un tiroir, pour me consacrer au Death, au Black, et au Doom, styles auxquels je porte une grande considération. Il a fallu attendre 2007, et ce fameux festival du Wacken, pour que je porte enfin intérêt au Thrash. En effet, la vue des pionniers comme Sodom et Destruction, m’ont donné envie d’en découdre avec ce style vieux comme mes robes, et dont les plus jeunes d’entre vous ne connaissent que les groupes de Revival qui pullulent en ce moment…

Car oui jeunes gens! Les Gama Bomb, les Suicidal Angels et autres Municipal Waste, ils n’ont rien inventé! Bon, à défaut de proposer quelque chose de nouveau, ils font de l’ancien et le font plutôt bien! Intéressez-vous plutôt à Slayer, aux premiers Metallica, à Indestructible Noise Command, à Forbidden, à Exodus, et encore j’en oublie… Ceux là, ils vous foutent une mandale comme personne!

« Un coup de gueule en début de chronique… Mais Dwight, t’as pété une durite ou bien? » Mais non, vous allez voir, si j’ai fait ce coup de bourre, cela n’était pas pour rien! Car le groupe que je tiens sous la main là, les p’tits gars de Deficiency, ils ont une sérieuse place d’outsiders dans ces groupes de Revival! Laissez-moi vous montrer…

Une petite présentation s’impose… Formé en 2004 à Forbach, Deficiency s’appelait Black Age, et nous ont gratifié d’une démo en 2005 puis d’un album en 2008. Et donc, en 2011, avec ce nouvel album sous le nom de Deficiency… J’ai eu l’occasion de les rencontrer lors du Tremplin que l’on avait organisé, et en live, c’était une petite claque inattendue! Je me suis donc empressé d’aller voir les membres afin de les féliciter, et j’ai donc récolté… Leur album, de la part de leur bassiste, le jeune Vianney Habert! Je lui ai donc promis de faire une chronique pour le remercier…

Le lendemain, je me suis donc empressé d’écouter cet album : la première écoute m’a surpris! Bordel mais c’est vachement fouillé comme truc là! Ah ouais, ce riff est plutôt pas mal! Ah putain, ça bourre sec ce passage! Nom de Dieu, ça commence à devenir long… C’est quand que ça se termine? J’ai donc péniblement écouté, écrit quelques lignes qui n’ont jamais donné suite, et j’ai rangé le CD dans mon étagère… Jusqu’à ce que Vianney m’envoie un message au mois de juillet « Eh vieux! T’en es où avec la chro’? » Oh merde! Oui la chro’! Je l’avais oublié celle là! J’ai donc dépoussiéré la chose, et j’ai donc réécouté…

La première chose que je peux dire, c’est que deux écoutes ne sont pas nécessaires pour bien cerner le groupe. A chaque fois que je remettais le skeud pour écrire la chro’, je retrouvais de nouvelles choses, et du coup, je me retrouvais avec des idées en bazar, ça se mélangeait, ça devenait vite le chaos! J’ai donc décidé de réécouter deux, trois, voire quatre fois l’album par jour, et de noter les idées qui me traversaient l’esprit. et j’ai trouvé ce moment propice pour les coucher…

Le premier mot qui m’est venu à l’esprit, c’est « riche ». Car oui, Deficiency fourmille d’influences, autant Heavy que Thrash. Prenez par exemple le premier titre Brain Autopsy : intro avec de forts relents Heavy, pour vous balancer dans la tronche des riffs Thrash au possible, et vous faire bouger la tête! Les soli ne manquent pas de panache : très Heavy dans le fond, ils s’accordent parfaitement avec le Thrash joué en arrière plan par ce cher Mathieu. Du côté des influences, on voit que ces p’tits gars ont appris leurs classiques : une pincée de Thrash Bay Area par ci (Exodus, Testament, Death Angel), une p’tite pincée de Machine Head par là (certains passages, comme Neverending Fall, The One Who Possesses Me ou Volition, me font énormément penser au groupe de Rob Flynn), un p’tit zeste de Vio-lence, et une lichette de Metallica! Comme peut le prouver leur long titre instrumental Path To Nowhere, qui dure près de 8 minutes (c’est sûr, la bande à Cliff Burton et James Hetfield a trotté dans leurs têtes!).

Ensuite, vient le mot « puissance ». La puissance dans la production : car même si ce n’est qu’une auto-prod, force est de constater que l’album n’a pas été mis en boîte par des amateurs! Un son de gratte tranchant, incisif; une basse qui ne se fait ni trop entendre ni pas assez; et une batterie savamment réglée telle un métronome! C’est juste un délice d’entendre Anthony tapé sur ces fûts. Quant au chant, je le trouve légèrement mis en avant, mais c’est pour mieux en profiter!
Car oui, la puissance vient également de la voix de Laurent, et ce salaud a du coffre! Passant aisément d’une voix « chantée », à une voix « hurlée », en passant par la case « Voix Thrash » (z’avez qu’à écouter l’album, et vous verrez de quoi je veux parler!)

Le seul défaut que je pourrais trouver à cet album, est ce que j’ai cité plus haut : sa durée, pratiquement plus d’une heure. Pour un fan de Thrash, je ne dis pas, mais vu que je n’en suis pas très friand, je zappe vite et je me passe autre chose… J’ai quand même fait l’effort d’écouter jusqu’à la fin Too weak To Fight clôt l’album d’une bien belle manière avec fougue et voix claire…

Malgré sa pochette très modeste, et très humble, ne passez pas à côté de cette petite merveille. Que l’on soit fan de Thrash, ou pas, quand le travail est bien fait, c’est quand même appréciable, non? Si ces gars ont fait la première partie de Suicidal Angels, ce n’est pas pour rien…
Alors Vianney, heureux?

PS: Deficiency joue le 15 septembre au Quai’son à Nancy, aux côté de nos amis d’Ataraxis (Death Metal), et d’Absurdity (Death Metal/ Deathcore)

A propos de l'auteur

Chroniqueur au sein de l'association. Friand de Death, Brutal Death, Black, Doom, Stoner, Sludge, Indus, Thrash, Hardcore 80's...

Commentaires

  1. Greg Sep 30, 2011

    Même si tu as peiné un peu pour te lancer sur cette chro’, tu as encore fait du très bon boulot !

  2. Yan Oct 9, 2011

    Un bon album qui mérite plusieurs écoute avant de bien s’y faire. En live par contre on rentre tout de suite dans l’esprit du groupe.
    Je recommande Live + albump + relive et là vous découvrirez vraiment Deficiency.
    Excellent groupe à découvrir, très bon concert hier à l’Evening of Metal, ce groupe a pris de l’assurance c’est très agréable à regarder et à écouter. Et les mecs sont bien cools!!!

  3. Nom great cadaver Oct 24, 2011

    salut je l’ai et pas vu as l’evening mé d’apres les retours ct bien aller voir mon myspace c ya

Ajouter un commentaire

Obligatoire

Ne sera pas publié. Requis

Facultatif