Chronique Malcuidant  » Et les cieux s’assombrirent « 

Par Céd dans Chroniques


Ayant déménagé de leur patrie d’origine qu’est la Bourgogne pour les terres nordistes, mais aussi à cause des changements de line-up suite à cette re-localistaion la conception de l’album aura mis 6 ans à paraître, Malcuidant nous revient avec son nouvel album: Et les cieux s’assombrirent…
Le groupe nous délivre là 42 minutes d’un Black Metal dans la droite lignée de ce que nous offrait la Scandinavie dans les années 90, c’est à dire un Black Metal froid, violent et guerrier !
Ici pas d’orchestrations ni de claviers, mais bel et bien 7 titres alternants entre violence, froideur et brutalité, dû à ces riffs directs, efficaces, épiques qui vous transpercent de l’intérieur pour mieux se fondre en vous, mais aussi dû en grande partie grâce à la boîte à rythme qui apporte un côté martial à cette oeuvre, j’entends par là un côté froid, primaire et totalement dénué d’humanité.
Ce second album fait preuve de plus de maturité que le premier, grâce à des titres comme Les cavées de la désolation avec cette atmosphère de mélancolie, vous emportant tout droit dans la plus profonde des noirceurs de votre âme, avec ces choeurs qui vous hypnotisent, ces riffs qui vous donnent des frissons et cette batterie venant droit d’un monde oublié de l’humanité…. Vraiment le titre fort de l’album.
Mais il n’y a pas que ce titre qui fait que cet album est très bon, il y a des titres comme: Pleurs Infâmes, Lueur de désespoir ou bien encore Ruine oubliée, apportent une dimension autre à Malcuidant et qui une fois joués sur scène pourraient devenir de véritables hymnes.
Une aura maléfique et guerrière plane au dessus de cet opus, sûrement dû au fait que cet album ait été accouché dans la douleur.

En concert lors du Winter War Festival III

Le point négatif et qui a été aussi nommé dans les points positifs est la boîte à rythmes, car même si celle-ci transcende les ambiances du groupe grâce à sa froideur, par moment elle peut manquer d’humanité, mais bon la qualité de l’album fait en sorte que l’on oublie vite ce petit défaut.
Un album dans la lignée de ce que savent offrir les groupes français, un album intègre, puissant avec une production plus qu’honorable pour un groupe ayant dû se débrouiller par ses propres moyens.
Les titres du groupe prennent toutes leurs ampleurs sur scène, Malcuidant pouvant partager sa hargne, sa noirceur et sa froideur avec le commun des mortels que nous sommes.
Pour résumer cet album, on n’a pas le temps de s’ennuyer ni de perdre le fil, car une fois les titres mélancoliques passés les titres brutaux vous ramènent à la dur réalité qui est que Malcuidant joue un Black Metal puissant, froid et efficace, comme ont su le faire autrefois les précurseurs scandinaves.

Malcuidant a dû faire face aux galères et ressort de ces épreuves plus fort que jamais.

Le règne du Malcuidant ne fait que commencer !

A conseiller à tout les fans de Black metal !

Nihilum.

Crédit photo: Black Girl

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.

Ajouter un commentaire

Obligatoire

Ne sera pas publié. Requis

Facultatif