Chronique : « Sorathian Dawn » par Sorathian Dawn

Par Dwight dans Chroniques

Quand on regarde de près le continent australien, rien ne laisse à penser que ce pays recèle pourtant de véritables pépites de la scène Metal… Regardez par vous même! Psycroptic, avec son Death Technique bourrin et ultra efficace, nous vient de Tasmanie. Deströyer 666, entité Black Thrash propre à K.K. Warslut (et qui avant, jouait dans Bestial Warlust), nous venait de Melbourne avant de déménager à Eindhoven (aux Pays-Bas pour les nazes en géographie), de même pour Abominator et son Black Death furieux (mais qui lui, est resté en Australie)! Convaincus, ou bien? Vous en revoulez encore? Eh bien dans ce cas, je ne citerais pas Pestilential Shadows et son Black aux relents mélancoliques sublimes, ni même des tarés déjantés de Sadistik Exekution

Le groupe auquel on va s’intéresser aujourd’hui se nomme Sorathian Dawn, petit jeunot prometteur de la scène Black (formé en 2009). A l’instar de la plupart des groupes, on ne se retrouve pas avec une pelleté de démos sorties en un temps record, mais directement avec un album, éponyme qui plus est. Simple, efficace, direct, le trio de Sydney ne semble pas vouloir perdre de temps. Oui, j’ai bien dit trio. Voyez plutôt : à la guitare et au chant, Shea Cramer, officiant également dans le groupe de Death Mélodique Bane Of Isildur; à la basse et aux backing, Michael Conti; et enfin à la batterie, David Horgan. Je pense qu’il est utile de préciser que ces deux derniers jouent dans l’étoile montante du Death Thrash Australien se nommant Ouroboros. Les présentations étant faites, approchons nous alors de la bête…

Selon les dires de Shea, le terme Sorathian fait référence au principe solaire de la voie de la Main Gauche, à l’essence même du Soleil Noir. Petit rappel pour les absents, qu’est ce que la voie de la Main Gauche? En réalité, celle ci est utilisée avec son homologue, la voie de la Main Droite et toutes deux se réfèrent à une dualité entre deux types distincts de religion. La voie de la Main Droite a pour lignes de conduite des sens moraux très stricts (entre autre), alors que la voie de la Main Gauche a pour finalisation l’accomplissement de buts personnels. Cette dernière est souvent utilisée à tort pour désigner une religion dite « illégitime », voire « immorale », usitée pour la première fois par Helena Blavatsky, l’une des membres fondateurs de La Société Théosophique. Il me reste à préciser ce que l’on trouve comme religions dans cette voie de la Main gauche : le Luciférisme, le Satanisme, le Sethianisme, ou encore la Magie Du Chaos. Arrêtons-nous là pour le cours d’histoire et de culture générale.

Le groupe s’éloigne des clichés et des stéréotypes du Black classique, celui ci abordant le thème de la Magie du Chaos Noire au lieu des habituels appels à aimer Satan et la Bête Cornue. Intéressons-nous maintenant de quelle manière le groupe a décidé d’aborder son sujet. Après le fond, laissons place à la forme.

Quoi de plus normal, pour aborder le thème occulte de la Magie Noire, que d’utiliser le Black… Seulement, Sorathian Dawn n’est pas du genre à copier ces énièmes groupes de Black qui parsèment le monde, et qui au final se ressemblent tous… Au pire, bien que le groupe ne balance pas quelque chose de franchement original, il a le mérite de bien le faire et de nous gratifier d’éléments Death du plus bel effet! Le groupe a eu la bonne idée de laisser les parties Death instrumentales, sans aucune pose de chant. Ce qui laisse le plaisir de les savourer, car elles sont ô combien délicieuses. Que dire de la gratte lors du titre d’introduction Ascension Into Darkness, aux forts accents Suédois, qui met tout de suite dans le bain?

Fort de cohérence, le trio mélange avec maestria un Black fort, puissant, très riche musicalement, à des éléments Death. Certains passages me font même penser à du Dissection (…and the World Was Washed in Black, Invocation of Promethian Fire), c’est pour dire! Le groupe n’oublie pas cependant de balancer des riffs mélodiques à souhait (le couple basse/riff mélo dans Enter Armageddon est tout simplement une bouffée d’air frais et jouissif, …and the World Was Washed in Black, Crowned in Angels’ Corpses et son léger côté arabisant), et de nous balancer une petite intro acoustique (Enter Armageddon, qui enchaine directement sur une violence assez démentielle…), qui permet de souffler un peu dans ce déluge de haine et d’incantations…
Avant que j’oublie, les éléments Death, ne sont là que lors des breaks (Anthems Of Annihilation, avec son gimmick entêtant et son riff absolument headbangant, tout comme Born in the Blood of Kings, ou encore Venom Of Typhonian Might, …and the World Was Washed in Black, Crowned in Angels’ Corpses et son final dantesque, et cette rapidité sur Enter Armageddon..), et sont juste présents pour vous rappeler que Sorathian Dawn est désormais à vos portes, et qu’ils sont bien décidés à dominer la planète… Mention spéciale à Invocation of Promethian Fire, qui est la chanson la plus Black de l’album (bien que Born in the Blood of Kings est pas mal dans son genre non plus..), et la plus « Dissectionnienne » également, avec son petit riff faisant penser à Night’s Blood par endroit, et son break fracassant.

Au final, l’Australie n’aura finalement jamais son dernier mot à dire, pas mal de groupes tirant leur épingle de ce vaste jeu qu’est la scène Metal : Sorathian Dawn fait partie de ceux-là. Mélanger un son très « Swedish » avec un Black teinté de mélodies, voilà qui n’est pas pour me déplaire! Un excellent cru, qui prouve que le pays de Crocodile Dundee a de la ressource, et pas qu’à moitié…

La note du gaillard : un 17/20, parce que la perfection n’existe pas… Et un grand merci à Shea Cramer pour les quelques précisions qu’il a pu m’apporter.

« This world is dead, and all hail Sorathian Dawn. Open the gates of Hell, we destroy and conquer all »

ENGLISH VERSION

When we look closely the Australian continent, nothing suggests that this country yet conceals of talented bands from the Metal scene… Come on and see! Psycroptic, with his violent and ultra-efficient Technical Death Metal, comes from Tasmania. Deströyer 666, K.K. Warslut’s Black Thrash entity (K.K. played in Bestial Warlust), came from Melbourne before moving to Eindhoven, as Abominator and his furious Black Death Metal (but who remained in Australia. Convinced, or not? You want more? Well, in this case, I won’t mention Pestilential Shadows and his Black Metal influenced with melancholic sublime hints, neither the crazy guys of Sadistik Exekution

The band will focus on today is called Sorathian Dawn, promising youngster of the Black Metal scene (formed in 2009). In contrary of most bands, which release a plenty of demos in record time, Sorathian releases directly his album, eponymous. Simple, efficient, direct, the trio from Sydney doesn’t seem to waste time. Yes, I said trio. Look : on guitar and vocals, Shea Cramer, also officiating in Melodic Death Metal band Bane Of Isildur. On bass guitar and backing vocals, Michael Conti; and David Horgan on drums. I think it’s useful to clarify that these two men play in the growing star of the Australian Death Thrash Metal, the well-named Ouroboros. Presentations being made, let us draw near the beast…

Following the words of Shea, the term Sorathian refers to the solar principle of the Left-Hand Path, the Black Sun in essence. Little reminder for the absent, what is the Left-Hand Path? Actually, this one is used with its counterpart, the Right-Hand Path and both refer to a duality between two distinct types of religion. The Right-Hand Path has guidelines like strict moral senses whereas the Left-Hand Path is finalized for the completion of personal goals. The latter is often wrongly used to denote a religion “immoral” nay “illegitimate”, indented for the first time by Helena Blavatsky, one of the founder members of the Theosophical Society. Last things to say: we find religions in the Left-Hand Path like Luciferism, Satanism, Sethianism or the Chaos Magick. Here stops the lesson of History and general culture.

The band goes far from stereotypes of classical Black Metal, approaching theme of the Black Magick of Chaos instead of perpetual callings to love Satan and the Horned Beast. Now let’s see how the band decided to accost his subject.

How normal to accost the occult theme of Black Magick, to use Black Metal… But, Sorathian Dawn isn’t the one to copy the multitude of Black Metal bands, which all resemble finally… At worst, although the band doesn’t play something really original, it has merit doing well and gratifying with some Death Metal elements of the most beautiful effect. The trio had the good idea of to let instrmental the Death Metal parts, which gives the pleasure of savouring them, because they are so delicious! The guitar during the introduction title Ascension Into Darkness, with its strong Swedish influence, put us in the mood.

Strongly consistent, the trio mixes with mastery an intense, powerful Black Metal, musically rich, and Death Metal elements. Some passages remind me to Dissection! However, the band doesn’t forget to incorporate melodic riffs (bass guitar/ melodic riff couple in Enter Armageddon is simply enjoyable, …and the World Was Washed in Black, Crowned in Angels’ Corpses and his Arabic slight side), which permits catching our breath into that flood of hatred and incantations…

Before I forget, Death Metal elements are only here during breaks (Anthems Of Annihilation, with his hypnotizing gimmick and his absolutely headbanging riff, like Born in the Blood of Kings, or also Venom Of Typhonian Might, …and the World Was Washed in Black, Crowned in Angels’ Corpses and his dantesque final, and that rapidity on Enter Armageddon…), and are present to remind you that Sorathian Dawn is now at your gates and well decided to dominate the planet… Special mention to Invocation of Promethian Fire which is the « Blackest » track on the album (although, Born in the Blood of Kings isn’t bad too…) and also the most Dissection-like with his riff sounding like Night’s Blood sometimes.

To conclude, Australia hasn’t the last word, much bands playing the game admirably, in this vast playground that is the Metal scene : Sorathian Dawn do part of them. Mixing a Swedish-like sound with a Black Metal colored with melodies, it’s a thing that pleases me! It proves that the country of kangaroos have resources, much resources…

The dude’s mark : 17/20, because perfection doesn’t exist… And many thanks to Shea to have brought the necessary precisions!

« This world is dead, and all hail Sorathian Dawn. Open the gates of Hell, we destroy and conquer all »

A propos de l'auteur

Chroniqueur au sein de l'association. Friand de Death, Brutal Death, Black, Doom, Stoner, Sludge, Indus, Thrash, Hardcore 80's...

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.

Ajouter un commentaire

Obligatoire

Ne sera pas publié. Requis

Facultatif