Chronique : Suicide Silence « The black Crown »

Par Xavyeah dans Chroniques

Metalcore/deathcore/Century Media

Suicide Silence est devenu le groupe Deathcore à la mode touchant un public de 7 à 16 ans… Oups, j’exagère un peu peut être ! Il est vrai rien qu’en observant le public d’un concert de ces brutes californiennes on y voit beaucoup de jeune metalheads entre 13 et 16 ans fans des ricains qui sont un peu les Slipknot du deathcore car rassemblant un public assez important du à leur notoriété.

Pourtant le groupe ne fait pas l’unanimité car jugé commercial par une partie et pour d’autre par son  inspiration technique moyenne de par une musique simpliste basée sur la lourdeur de ses rythmes et breaks et par  la puissance vocale de Mitch qui coiffe au poteau malgré la relative maigreur de celui ci.
Le second  opus  » No time to Bleed » quant à lui  était un peu plus recherché, avec une brutalité mieux maitrisée qui confirmait le premier essai et marquait une petite évolution sans non plus sortir de son terrain de jeu principale: le Deathcore basique et ultra violent.

Le premier titre diffusé « Fuck Everything » ne m’avait  pas réellement convaincu mais montrait la volonté de S.S de lever un peu plus le pied afin de proposer des compostions moins brutales avec une ambiance un peu poissarde comme le faisait Slipknot( tiens donc).

Je m’apprêtais donc à dévorer ce CD convaincu que non il n’y aurait rien de  très nouveau à l’horizon malgré un premier titre moins habituel.
J’ai certainement eu un jugement un peu hâtif.Le groupe attaque directement à la carotide  par une compo’ rapide se passant donc d’une introduction: un morceau direct  avec des transitions moins brutales mais  plus vicieuses qu’a l’accoutumée et aussi moins téléphonée. Une caractéristique qui se répètera tout au long de la galette.

Le constat est que la musique des death-coreux est moins violente afin de privilégier une ambiance plus travaillée de par les nombreux détails sonores qui ponctuent  les compositions( sample de voix, bruitage noise etc); les rythmiques sont un peu moins évidentes et les traditionnels breaks écrasants on presque disparu, les guitares se veulent rampantes et sales.
Ici pas de rythmiques syncopées(merci meshuggah au passage) comme c’est la mode en ce moment, mais on y relève quelques passages groove qui boostent les titre les rendant plus efficaces et dynamiques.

Quelques morceaux plus rapides sur  « Smashed » ou encore «  Human violence « et son two-step hardcore bien sympathique entrecoupés de  retombées de tempo bien tranchantes.
A noté aussi l’ incorporation de guitares trash core groovy « Cross eyed catastoph »  Witness Addiction »  peut être le meilleur morceau de l’album avec son guest inattendu en la personne de Jonathan Davis himself, montrant que le groupe prend une dimension  plus importante à l’image des grandes pointures comme Korn groupe mainstream de la scéne  Metal.

La voix de Mitch est cependant un peu décevante le chant guttural a totalement disparu au profit d’un chant éraillé entre black et core, assez linéaire dans l’ensemble. Les nouveautés tiennent des quelques lignes vocales chuchotées  et  parlées qui apparaissent,  rien de réellement marquant mais ça correspond au léger virage que le groupe prend avec ce Black Crown.

Au final ce 3éme opus n’est pas  vraiment décevant car il tranche un peu avec les deux précédentes sorties; moins violent et lourd, beaucoup plus «ambiancé» et réfléchi avec une légère connotation Neo Metal de par le son des guitares plus lisse et certains riffs plus simplistes. La production est très bonne mais pour le coup le groupe a perdu un peu en lourdeur.

On sent bien que les gaillards ont bien réfléchi sur la direction du groupe sans trop plonger dans la simplicité commerciale (quoique..) en étant plus mesurés sur la violence et un peu plus inventifs sur le travail des  ambiances des titres.

Plusieurs écoutes peuvent être nécessaires pour bien s’accaparer  les quelques subtilités que ce soit par les  ralentissements de tempo accompagnés de détails « samplés » qui donnent de la noirceur et un coté sale aux compositions. Le groupe a changer d’angle d’attaque et c’est pas pour me déplaire.
Tout n’est pas rose pour autant car certains morceaux sont beaucoup moins marquantes que d’autres à l’image de  « Cancerous skies » qui ferme la marche ou encore  le faible « Smashed ».

Sans être une claque cet album est plus que correct et montre un groupe qui franchit une étape. Les amateurs de la période machine brutale en pilotage automatique seront quelque peu déçus. Beaucoup moins Deathcore et se rapprochant  par exemple, un peu de la dernière production de Chimaira ( qui n’est pas la meilleure) en attendant la sortie proche de son nouvel opus.

Black Crown n’est  l’album de l’année mais il se laisse écouter d’un traite et reste assez sympathique, rien de transcendant toutefois. Le groupe cependant ne récupérera pas les réfractaires à leur style avec cette nouvelle offrande mais les kids eux seront encore dévoués à leur nouveau chouchou.

A écouter en priorité : « Cross eyed Catastroph » « Witness the addiction » « O.C.D »

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.

Ajouter un commentaire

Obligatoire

Ne sera pas publié. Requis

Facultatif