Interview de Arès groupe Heavy Metal (Picardie)

Par Greg dans Interviews

Le Heavy Metal classique ou Heavy à papa comme certains jeunes aiment à l’appeler est toujours un style bien vivant et de très bons groupes continuent de se former. Preuve en est faîte avec le groupe Français Arès nous venant de Picardie. Patronyme pris suite au départ du dernier membre fondateur de leur ancienne formation Willer. Constitués de membres expérimentés de la scène nationale et de jeunes recrues. Arès est là pour nous présenter son album « About Metal » et nous partager leur expérience de la scène qu’ils connaissent bien depuis des années avec de nombreux concerts donnés dans tout l’hexagone. La parole est donnée à Daniel, Damien et Frederick.



Pouvez-vous présenter le groupe aux personnes qui ne vous connaissent pas ?

Damien (chant) : Nous sommes Arès et nous jouons du Heavy Metal !
Frédérick (guitare) : Nous sommes un groupe de Heavy Metal français formé en novembre 2006 (cf bio).
Daniel (basse) : De Heavy Metal avec une légère touche prog.

Pourquoi avoir intitulé votre disque « About Metal », très bon morceau qui ne représente pas le concept développé dans le disque ?

Dan : Pour que les choses soient claires pour qui découvre l’album ou tout simplement le voit en bac !
Fred : Ce titre résume assez bien l’état d’esprit du groupe, faisons la musique que nous aimons! Si elle plaît tant mieux…sinon il faudra vous y habituer!
Damien : Disons que ça présente plus le groupe que ça ne représente l’album. Cela dit, le titre explique bien ce que tu vas trouver sur le disque !

Une des critiques concernant « About Metal » était qu’il n’est pas assez long avec ses 8 titres. Pensez-vous que le prochain disque aura une durée plus conséquente ?

Fred : Le prochain disque aura le même nombre de titres mais devrait être plus long dans sa globalité (environ 50min).
Damien : Je ne crois pas qu’il était utile de balancer un pavé d’une heure et quelques dès le premier album. On ne voulait pas trop éprouver la patience d’auditeurs qui, a priori, nous découvraient. Et en plus, nous ne le vendons pas cher !

Vous puisez votre inspiration dans les faits historiques. La vie en générale en est aussi une ? D’ailleurs, pouvez-vous nous éclairer sur le concept de votre album ?

Dan : Pas de concept particulier, les thèmes abordés sont suffisamment variés pour qui veut bien prendre la peine de s’intéresser aux lyrics.
Damien : Si concept il y a, c’est d’abord la vie en général, justement, ou notre vie en particulier ! Les quelques références historiques sont avant tout métaphoriques.

Le titre « Echec » est particulièrement réussi avec son chant français qui donne une autre couleur à votre musique. Pourquoi n’avoir pas choisi de chanter l’intégralité d »About Metal » en français ?

Dan : La réponse est dans la question : s’essayer au français donne une autre couleur, mais de là à ne faire que du français … Ce n’est un secret pour personne, l’anglais est la langue qui colle le mieux avec le Rock et le metal même si quelques groupes 100% francophones ont tiré leur épingle du jeu.
Fred : Damien s’occupe des textes la plupart du temps. Il est de nos jours « obligatoire » de chanter en anglais à moins d’être traité de « has been »! Mais qui sait peut être que sur le second opus…
Damien : Le français est plus difficile à chanter, du moins dans une tessiture metal, et à rédiger pour peu qu’on soit un peu exigeant sur le plan littéraire. C’est donc un peu par flemme aussi ! Certains de nos morceaux seraient grotesques en français … « brûle et crèèèèèèèèèèèève ! » … enfin bon, il y a sûrement des gens qui nous trouvent déjà grotesques tels que nous sommes !

Qui s’est occupé du désigne de la pochette ? Il est très réussi et ce clin d’oeil avec une affiche de concert d’ARES sur une colonne antique est assez original.

Dan : Cedric Ledantec, graphiste travaillant généralement avec des artistes hors de la sphère metal, afin d’éviter tout cliché inhérent au style surpeuplé de covers quasi identiques mais sans non plus tomber dans le hors sujet afin de faire un mix du meilleur des deux mondes.
Fred : Il avait le champ libre pour la pochette et le résultat est plutôt sympa !

C’est une question un peu facile, mais si vous deviez comparer la musique d’ARES à une B.O de film. Lequel serait-ce ?

Fred : 300, bien sûr!
Dan : Spinal Tap.
Damien : Killer Klowns from Outer Space.

« About Metal » a reçu un bon accueil des critiques et du public. Lors de notre dernier entretien, vous me disiez que vous l’avez beaucoup défendu sur scène et vous avez encore des dates de prévues jusqu’à la rentrée. Croyez-vous qu’il est temps pour ARES de donner un successeur à « About Metal » ? Quel en est l’état d’achèvement et quelles évolutions notez-vous à votre musique ?

Fred : Globalement, les critiques ont été bonnes en effet. Il est vrai que le groupe a défendu son produit aux quatre coins de la France et on espère que ça va continuer… Nous sommes en train de finaliser les titres du deuxième album, il ne reste plus qu’à l’enregistrer… peut être une sortie avant la fin de l’année ?!
Damien : La principale évolution, c’est que les compos d’About Metal était déjà écrites lorsque Fred nous a rejoints, et que cette fois il est quasiment le contributeur principal. Dans l’ensemble, nous pensons avoir développé ce qu’il pouvait y avoir de bon sur le premier album. Ca devrait être plus speed, aussi.
Dan : Nous avons apporté un soin particulier aux arrangements sans toutefois tomber dans l’excès. Les nouveaux titres pourraient plaire à un public à la fois jeune et daté, ce qui n est pas un mince challenge. D’où l’emploi du conditionnel afin de gommer le côté prétentieux de ce genre de propos que les mauvaises langues ne manqueront pas de souligner !

Les atmosphères sur votre disque sont très bonnes et représentent bien le concept de votre musique. Pensez-vous y ajouter un clavier dans le futur ?

Dan : Uniquement sur album pour renforcer les ambiances, un bon titre est un bon titre et doit pouvoir se suffire à lui même sans ornements cache-misère, même si la tentation est grande ! Certains titres s’y prêtent, d’autres moins.
Fred : J’adorerais, afin d’élargir encore plus la palette, mais dans un groupe il faut écouter les avis de chacun…

Dan, tu es dans le milieu metal depuis quelques temps. Penses-tu que la façon dont les gens apprécient la musique, la consomment a-t-elle changé ces dernières années ? Pour simplifier, le fan de metal a-t-il changé depuis quelques années ?

Dan : Pour faire simple le fan de metal actuel est plus ouvert, écoute tout un tas de styles avec tout même une préférence pour l’extrême, mais malheureusement reste le cul vissé devant son PC et ne sort que pour les gros évènements et lors de rares exceptions pour écouter ses potes, prenant soin de se barrer une fois son groupe fétiche passé, n’ayant strictement rien à foutre du reste de l’affiche. Cela dit le phénomène n’est pas vraiment nouveau mais il semblerait qu’il ait pris de l’ampleur ces dernières années. Nous vivons une époque où l’accès à la musique est considéré par beaucoup comme gratuit, mais surtout virtuel. Il est quand même paradoxal de constater que plus les moyens de promotions se développent, plus les salles se vident.

Que pourriez-vous dire à un jeune fan de metal d’aujourd’hui pour qu’il s’intéresse au heavy metal dit classique ?

Dan : Que la musique qu’il écoute a un passé et que s’il veut bien faire abstraction des prods d’époque, il y a quelques pépites à découvrir ou à redécouvrir ; preuve en est la longévité de certains groupes précurseurs. Je me demande bien quels groupes actuels auront la même carrière, ne serait ce que sur le temps ? Cela dit, il serait bon aussi que les plus anciens se penchent un peu plus sur les nouveautés au lieu de les rejeter systématiquement. De tous temps, il y a eu des bons et des mauvais groupes.
Fred : Le heavy est plus ou moins le précurseur de tous les mouvements musicaux ayant émergé ces dernières années dans le metal, alors un peu de respect !
Damien : Jette une oreille objective, mon garçon, et après tu décideras si ça te plaît ou pas.

Une anecdote à nous raconter concernant vos concerts ou une tournée ?

Damien : Oh, disons qu’on a eu droit à à peu près toutes les spinaltapperies classiques : la salle qui a déménagé, la concurrence d’un match de foot ou d’un festival rap/reggae/electro, tous les hôtels complets quand on en a besoin, la tronche que tirent les commerçants quand ils voient débarquer une bande de hardos dans leur crèche, les personnages hauts en couleur (en bien ou en mal, d’ailleurs…) qu’on peut rencontrer … Dans le registre positif ; je citerai un concert (affreux, cela dit en passant) où, notre guitariste Stéphane n’ayant pu être présent, il fut remplacé pour un soir par l’excellent Dédé (alias Dick), gratteux de JC Jess, qui a appris le set en trois jours !
Dan : Sans rentrer dans les détails, tourner est le meilleur remède anti grosse tête, certaines « stars locales » devraient un peu s’éloigner de leur région d’origine et prendre la température ailleurs.
Fred : Garder la foi même après avoir fait 1000km pour jouer devant 3 personnes…dur dur!

Un dernier mot pour la fin ?

Dan : Merci pour ton intérêt, en espérant pouvoir nous produire dans ta région.
Fred : Merci à toi et ton équipe et continuez à propager la bonne parole !
Damien : METAAAAAAAAAAL !!!
Merci d’avoir répondu à mes questions. L’équipe de Metalphizik vous souhaite beaucoup de réussite pour la suite.

Line up :

Franck – Batterie
Daniel – Basse
Stéphane – Guitare
Frédérick – Guitare
Damien – Chant
écouter sur myspace

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.

Ajouter un commentaire

Obligatoire

Ne sera pas publié. Requis

Facultatif