Interview de B.S.T. du groupe The Order Of Apollyon

Par Dwight dans Interviews

Vendredi 21 janvier, après une recherche laborieuse de ce fameux Soap Box, nous arrivons à destination. Force est de constater que le froid mordant n’a pas arrêté nos chers metalheads, se regroupant en masse devant le bar. L’affiche de cette soirée : Ataraxis, groupe de Death de nos sympathiques et néanmoins amis Vosgiens ; Livarkahil, groupe de Death de Paris, que nous ferons jouer le 26 février avec Ataraxis ; et la tête d’affiche The Order Of Apollyon, groupe de Black Death martial nous venant du Royaume-Uni.

Un concert tout en puissance, la petitesse de l’endroit ne gâchant aucunement le son (les cymbales avaient tout de même un bruit synthétique, mais bon, qui s’en souciait ?), Ataraxis au summum de sa forme, un Livarkahil imposant et The Order Of Apollyon écrasant tout sur son passage. Après ce rude moment, je reprends quelques forces afin de rencontrer B.S.T. le leader charismatique de ce groupe. Malheureusement, le temps joua contre nous, nous obligeant à couper court à l’interview et de la continuer par mail. Voici ce que j’ai pu recueillir :

Salutations BST! C’est pour moi un grand plaisir que tu m’accordes cette interview, même si celle-ci n’est que par Internet. Etant un grand fan de tes projets, que sont Balrog, Genital Grinder et Aosoth, je ne pouvais me permettre de passer à côté de ton nouveau groupe. Encore bravo pour votre prestation à Nancy d’ailleurs !

Alors premier point, pourrais-tu présenter le groupe, pour tous ceux qui ne connaissent pas The Order Of Apollyon?

B.S.T. : Hello. The Order Of Apollyon a été formé pendant l’été 2008, par Daniel Wilding (batterie) et moi-même à la guitare et au chant. Après avoir commencé à écrire de la musique, nous avons rassemblé une formation complète avec l’ajout de Peter Benjamin à la basse, et James McIlroy à la guitare. Nous avont sorti notre premier album l’année dernière chez Listenable Records.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de jouer dans le registre Black Death, et non pas dans un registre Black dans lequel tu nous as plus habitué ?

B.S.T. : J’ai une culture Death et Thrash assez forte, et si tu écoutes certains de mes projets passés, tu te rendras vite compte du fait que TOOA est au niveau musical dans la continuité de pas mal de choses que j’ai faite. Au niveau thématique par contre, l’approche est différente, même si l’aspect religieux et basé sur la dévotion avait déjà été plus ou moins amorcé dans certains titres de Balrog.

Comment as-tu rencontré les autres membres du groupe ? Etant donné que géographiquement, vous êtes plutôt éloignés…

B.S.T. : Daniel et moi jouions ensemble au sein d’Aborted, et nous étions très proches sur un plan humain comme musical. Nous avons très vite voulu former un projet ensemble, en particulier quand l’atmosphère au sein d’Aborted a commencé à se dégrader. Nous avons ensuite croisé James au Summer Breeze, où il travaillait comme stage manager, puis il nous a présenté Peter.

Comment a été accueilli « The Flesh » dans le milieu ? Et par le public ?

B.S.T. : La presse a été plutôt élogieuse globalement ! Quant au public, il a montré une certaine curiosité à notre égard, et l’album a été très téléchargé. Pour un groupe “nouveau” il est malheureusement difficile de juger de l’accueil en fonction des ventes à l’heure actuelle, mais les téléchargements ont cet avantage : ils permettent au moins au groupe de faire largement diffuser et découvrir sa musique.

Dans l’album, j’ai cru discerner quelques influences de Dissection, et de toute cette scène Black Death scandinave du début des années 1990 ? Était-ce voulu ? Et si oui, est-ce une manière de rendre hommage à cette scène ?

B.S.T. : Cette scène a une grosse influence sur moi depuis bien longtemps, je ne dirais pas que cet album est un hommage au Black Death suédois, pas plus que le reste de mon travail en tout cas. Néanmoins, j’ai un énorme respect pour Dissection, et Watain par exemple, autant pour leur musique que leur attitude et leurs convictions.

Ayant cru comprendre que The Order Of Apollyon était un projet à part entière et ta priorité, tes autres projets sont donc mis en stand by pour l’instant ?

B.S.T. : Pas exactement, Aosoth (groupe comprenant le chanteur d’Antaeus et le leader de VI) est très actif, et va sortir son troisième opus en Avril, après avoir tourné avec Watain et Shining en Europe. Balrog est en stand by pour l’instant, et Genital Grinder a récemment été remis en activité.

Y a-t-il un deuxième en prévisions pour The Order Of Apollyon ?

B.S.T. : Oui, nous avons débuté la composition du second album, mais nous prenons notre temps, rien ne presse.

J’ai lu sur certains sites que l’Ordre d’Apollyon était un courant religieux. Pourrais-tu m’en dire plus (enfin du moins, si je ne me trompe pas) ?

B.S.T. : C’est exact. Le groupe est en quelque sorte la branche musicale du mouvement, axée sur l’imagerie et la propagande. Le mouvement, quant à lui, est radical, basé sur la dévotion absolue, le mépris de la chair, et la quête du rapprochement de l’Esprit. Nous prônons entre autre la libération de l’âme à travers la purification et sa séparation d’avec le matériel.

Bon, l’interview touche à sa fin, je te laisse donc conclure. Et merci d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

B.S.T. : Merci à toi pour l’interview. Bonne continuation. L’heure du Jugement est proche.

Quelques notes à l’attention des lecteurs :

– Daniel Wilding a joué dans Aborted, et c’est actuellement le batteur de Trigger The Bloodshed, un groupe de Brutal Death Technique britannique.

– Peter Benjamin est actuellement bassiste du groupe Akercocke, groupe de Death Black britannique.

– James MacIlroy a été un des nombreux guitaristes du légendaire groupe de Black Metal Cradle of Filth.

A propos de l'auteur

Chroniqueur au sein de l'association. Friand de Death, Brutal Death, Black, Doom, Stoner, Sludge, Indus, Thrash, Hardcore 80's...

Commentaires

  1. Thomas d'Ataraxis Fév 3, 2011

    Très chouette interview, merci de l’avoir faite !

Ajouter un commentaire

Obligatoire

Ne sera pas publié. Requis

Facultatif