Interview de JC JESS

Par Greg dans Interviews


Existant officiellement depuis 2007, le nom du groupe Jc Jess a commencé à circuler depuis son intégration en tant que guitariste du plus populaire groupe de Heavy Metal Français encore en activité, Nightmare. Jc a officié un temps au sein du groupe de Black Metal Hiemperium sous le pseudonyme JC n°6, précision qui n’est pas anecdotique pour ceux qui ont bien écouté le morceau Soldier de « Battlefront ». Hormis ce passage dans une musique plus extrême, Jc a également joué au sein de Black Hole et Crysalid. Le monsieur, musicien accompli, multi instrumentiste a enregistré et masterisé au sein de son propre studio le Savern’ Studio lui-même le premier album « Matter in your Hand » qui eut un beau succès underground. Les groupes ne s’y trompent pas sur les qualités de musicien et d’ingénieur du son du bonhomme puisqu’ils se bousculent déjà pour y enregistrer. Jc a recruté d’excellents partenaires qui constituent désormais le groupe Jc Jess dont le dernier album « Battlefront » sorti en 2011 a reçu de très bonnes critiques de toute la presse spécialisé. C’est au détour d’un de ses nombreux concerts donnés que j’au eu l’occasion et le plaisir de rencontrer Jc et d’apprécier son humour. Jc Jess, un excellent groupe live, des très belles qualités humaines et un dernier album béton. Après avoir rencontré Jc par deux fois en peu de temps et ayant sympathisé avec lui. J’en ai donc profité pour en savoir plus sur le groupe et ainsi lui poser quelques questions.

Revenons pour commencer sur ton intégration en tant que guitariste de Nightmare. Comment s’est fait la rencontre avec le groupe puis comment s’est passé ton arrivée dans le combo ?

J’avais en fait commencé en tant que gratteux de session pour remplacer Alex au Hellfest et au Metalcamp en 2008 . C’est un pote à moi qui leur avait conseillé de me contacter. Comme ça s’est super bien passé, ils ont tout de suite pensé à moi quand Alex a finalement quitté le groupe. Malheureusement j’ai dû quitter Nightmare à mon tour fin 2011 car je n’avais plus le temps et les possibilités financières pour rester dans deux groupes aussi actifs que Jc Jess et Nightmare. Cela n’a pas encore été annoncé officiellement mais c’est définitif.
Ils sont actuellement en studio et nous préparent leur nouvel album qui devrait déboiter !

Jc Jess, le guitariste de Nightmare nous a caché ses talents d’écriture et de chanteur. Plus sérieusement, peux-tu revenir sur la formation du groupe pour les personnes qui ne vous connaissent pas encore.

J’avais sorti un album solo (Matter in Your Hand) sous mon pseudo en 2007 quand je me suis retrouvé sans groupe. J’ai ensuite recruté des jeunes pour jouer en live et petit à petit ça s’est transformé en vrai groupe. On a gardé le même nom car on a déjà un public assez conséquent qui nous connaissait dans le coin. Les autres voulaient que je garde la place du leader comme ça ils ont quelqu’un à qui se plaindre et peuvent tout me remettre sur le dos quand ça ne va pas. De plus, ça m’oblige à bosser plus que les autres, et ils peuvent aussi prétendre que je suis un gros con égocentrique lol !

As-tu eu l’occasion de bien défendre « Battlefront » dans les médias spécialisés ? C’est l’occasion d’en parler, que peux-tu nous en dire ?

On a fait un maximum, on a eu de bons contacts avec la plupart des médias, même si c’est plus dur car on fait beaucoup en autoprod et qu’on a pas une grosse maison de disque derrière nous qui leur lâche du pognon. Certains sont plus faciles à approcher que d’autres, plus ou moins intéressés aussi, mais globalement ce sont tous des passionnés et des gens qui font vivre notre scène.

C’est toi qui composes toute la musique et écris les paroles. Tu t’occupes aussi de l’enregistrement. N’est-ce pas trop lourd à gérer tous ces aspects ? Cependant le fait d’avoir ton propre studio à dû t’éviter de passer trop de nuits blanches sur sa réalisation. Tu as pu prendre le temps.

Malheureusement pas tant que ça car on a des deadlines à respecter. On a dû boucler l’album en 3 mois composition comprise, en tenant compte des emplois du temps et boulots de chacun. Cela a pu être possible car tout le monde a participé à la compo et l’écriture. Pour l’enregistrement, c’est quelque chose que je maîtrise bien car c’est mon métier. C’est donc plus facile pour nous car on sait exactement où aller et comment faire dès le départ.

D’ailleurs comment s’est passé l’enregistrement ? Décontracté, stressé ?

Un peu des deux. Décontracté car on est entre potes et qu’on est à la maison, mais stressés à cause des nuits blanches pour boucler tout dans les temps.
Evidemment on s’engueule aussi des fois car on ne peut jamais être tous d’accord mais c’est sans méchanceté et c’est en général constructif.

Comment gères-tu ton studio ? Depuis quand t’occupes tu d’enregistrer d’autres groupes et avec lesquels as-tu travaillé ? L’agenda du Savern’Studio est-il rempli pour les prochains mois ?

J’ai commencé quand j’étais jeune en achetant mon premier multipistes car j’en avais marre des payer des fortunes pour des studios où l’on était toujours déçu.
Après j’ai commencé à le faire pour les potes avant de finalement me lancer en entreprise il y a 5/6 ans. Je fais tous styles de groupes et ma clientèle est surtout locale. J’ai aussi quelques groupes qui viennent de toute la France par le bouche à oreille. Cela devient dur de trouver des gars cools et compétents. Du coup l’agenda est en général complet un mois ou deux à l’avance.

Tu vas commencer à aimer notre région Lorraine / Champagne-Ardennes. Cela fait la seconde fois que tu nous rends visite en un peu plus d’un mois.

Et j’espère que ça va continuer. En plus ma famille vient de là. (Vitry-le-François et Châlons en Champagne). De toute façon on a que des super régions en France car on a le plus beau et le meilleur pays du monde !

Il semble qu’avec Dick tu as trouvé le parfait compère pour vos duels de guitares sur album et sur scène.

J’ai le plaisir de collaborer avec un gratteux qui est capable de me suivre dans presque tous mes plans et délires (et pas que musicaux lol). Il a une très bonne capacité de travail et sait se mettre à niveau. Son seul défaut est une tendance un peu prononcée à emballer les groupies.

Très bon chanteur, très bon guitariste, très bon compositeur, très bon producteur. Quelles qualités possède encore Jc Jess ? Très bon mari, très bon père de famille, bricoleur, cuisinier (rires) ?

Oui, on peut dire tout ça oui lol ! Cela dit c’est plutôt une question de goût. On s’en prend tellement plein la gueule avec les critiques qui vont de « c’est génial » à « c’est complètement à chier », à tout niveau, que ça montre bien que tout dépend du point de vue et de la perception des gens. Après c’est sûr qu’on fait du mieux qu’on peut et qu’on donne tout ce qu’on a dans ce qu’on fait.

A quelle occasion à été enregistré votre concert présent en bonus sur « Battlefront ». L’avez-vous spécialement organisé en vue de le filmer pour la sortie du nouvel album ou vous avez profité de l’équipe technique présente ce soir là ?

En fait non, on avait filmé et enregistré trois ou quatre concerts sur l’année avec les moyens du bord pour pouvoir choisir le meilleur. Il s’avère que celui ci est le seul où rien n’a planté et qu’on a pu exploiter. Ce n’était pas le plus gros qu’on ait fait ni celui sur lequel on avait le plus de moyens mais c’était tout à fait correct. On était en tête d’affiche, donc l’affluence représente bien le type de concert qu’on peut faire pour l’instant. En général, les groupes mettent en valeur les concerts qu’ils font dans de grands festivals ou en première partie de plus gros groupes pour faire croire que le groupe est plus connu qu’il ne l’est en réalité, mais nous on a pas pu le faire.

Dans un interview, tu disais que vous êtes souvent logés chez l’habitant après vos concerts. C’est parfois bien plus sympa. As-tu des anecdotes concernant ces soirées, les afters ?

Malheureusement quand on est en tournée et qu’on doit reprendre la route le lendemain, on ne peut pas toujours faire la fête après un concert si on veut dormir un peu et assurer le lendemain. Evidemment on se retrouve souvent à être embarquer jusqu’à pas d’heures et on fait de bonnes rencontres. On est souvent les derniers à partir pour boire des coups avec les organisateurs ou le gens du public. C’est plus sympa que de rester dans sa loge.
Ce qui est cool dans le métal c’est qu’on rencontre tout plein de gens plus débiles les uns que les autres, presque autant que nous, ça nous permet de passer des bons moments à chaque fois. On s’est déjà retrouvés dans des bars isolés au fin fond de la France avec papi et mamie complètement bourrés qui dansent le rock sur un morceau speed avant de se vautrer par terre en renversant des tables pleines de verres, on a fait les pires endroits glauques où on se fait tirer de la tune, on a dormi par terre sur la scène, dans des chambres d’enfants, voir pas du tout… des plans de rockeurs quoi !

Qui est derrière les futs lors du concert présent sur le dvd ? Remaniement de personnel ou votre batteur ne pouvait assurer la date ce jour là ?

C’est notre batteur d’origine, Kira. Il a dû quitter le groupe à cause de son boulot. C’était d’ailleurs son avant dernier concert avec nous. On a fait le concert d’adieu/intégration 3 mois après. (malheureusement l’équipe vidéo à été décimée ce jours là et on a pas pu filmer). Caillus est arrivé après et on a pu sortir le « Battlefront ».

Battlefront est vraiment très varié. Etait-ce intentionnel ou cela s’est fait naturellement du fait de tes goûts musicaux ?

Les deux, on aime pas les cd ou c’est tout le long la même chose, on aime bien varier les titres, et on a des gouts très divers. C’est notre originalité. Souvent, les groupes qui se veulent originaux inventent leur mixture à eux, leur style bien reconnaissable et unique, mais n’arrivent pas à en sortir et n’arrivent pas à se renouveler. Je ne pense pas qu’on aura ce problème car en plus nos goûts évoluent au fil des ans. Je ne me vois pas refaire le même album pour le prochain. On va sûrement l’orienter un peu plus dans un sens ou dans l’autre. C’est l’avantage d’avoir un choix de composition très large.

Qu’est ce qui fait selon toi le son de Jc Jess ?

C’est la musicalité de chacun des membres, notre personnalité musicale et mon timbre de voix qu’on reconnaît facilement, pour le meilleur et pour le pire (souvent pour le pire d’ailleurs lol). Chaque fois que je fais une intervention sur un enregistrement on me rôde à des kilomètres, et je n’ai jamais réussi à m’intégrer musicalement dans un groupe autre que le mien.
Ce qui fait notre son sur album vient aussi du fait qu’on enregistre et mixe comme un groupe de rock, avec une vraie batterie acoustique, que des instruments joués par les membres du groupe… On a pas recours à la programmation, l’édition/recalage à outrance et l’utilisation du midi. Cela fait qu’on sonne plus vrais et groovy, même si une certaine partie de la presse et du public plébiscite ces productions mécaniques, froides et stériles qui sonnent toutes pareilles, où il y a plus de programmation que de parties réellement jouées.

Ton passé Black Metal ressurgit dans le morceau « Soldier » avec un final apocalyptique !

Oui c’était un petit plaisir, même si c’est une musique que je ne pourrais plus jouer aujourd’hui car je n’en ai pas les possibilités vocales ni le feeling musical.

A quel âge as-tu commencé à jouer de la guitare ? Quel guitariste t’impressionnait lorsque tu étais plus jeune ?

C’est grâce à l’ami Slash que tout à commencé. J’ai découvert les Guns et Maiden à 14 ans et j’ai tout de suite voulu m’acheter une guitare électrique.
Après bien sûr j’ai fait le tour de tout ce qui se faisait dans le métal avant de revenir aux premières passions et au style qui colle vraiment à ma personnalité.

Quelle serait ta réaction dans quelques années rencontrant un jeune guitariste talentueux te disant que c’est grâce à toi qu’il joue aujourd’hui de la guitare ?

Que ce soit moi ou un autre, cela aurait été le même résultat, donc faut pas se monter la tête. Cela donnerait un coup de vieux mais ça voudrait dire que j’aurais acquis une certaine visibilité et une reconnaissance qui ferait plaisir. Je pense aussi que ça motiverait à bosser pour rester au top pour ne pas se faire descendre par les p’tits jeunes !

Un dernier mot pour la fin ?

Merci à tous ceux qui nous soutiennent, on travaille dur pour leur offrir le meilleur. On vous prépare une surprise pour vous faire patienter jusqu’au prochain album. En attendant rendez vous sur les routes et vive le métal !

Propos recueillis par Gregory Mega.

Un grand merci à Laurent Barrilliot pour ses photos live.

Line up :

JC Jess : Vocals, Guitars
Dick : Guitars, Backing vocals
Juju : Basse, Backing vocals
Caius : Drums

Dscographie :

Matter in Your Hand (2007)

Wake of the Dead (2008)

Extra Time (EP 2010)

Battlefront (2011)

En live :

Page myspace :
http://www.myspace.com/jcjessmetal

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.

Ajouter un commentaire

Obligatoire

Ne sera pas publié. Requis

Facultatif