Interview de Niko, batteur de BUKOWSKI

Par Yan dans Interviews

Rencontre avec Niko du groupe BUKOWSKI, le cogneur de la bande, aujourd’hui il nous parle de son expérience en tant que musicien, mais aussi de l’esprit familiale du trio magique. La réussite est au rendez-vous mais c’est pour eux un plaisir avant tout.

Bonjour Niko, je vais te laisser te présenter : ton expérience en tant que musicien, ton parcours, projets musicaux en cours… Joues-tu aussi d’un autre instrument ?

J’ai un parcours d’autodidacte averti, je me rappelle avoir toujours joué de la musique. Ado, je me passionne pour le Metal en général et plus particulièrement pour le bon Death qui tache : période Tampa Bay. Donc je me mets vite à la double. Je joue dans des formations diverses comme HUMANIZE, MURDOCK (avec des gens de Pleymo et Enhancer), je touche aussi au Hardcore façon New York, plus tard  avec l’aventure WÜNJO dont 3 albums sortis chez AT(h)OME/Universal, bref une putain d’expérience. Je compose aussi pas mal, en effet, je joue aussi beaucoup de guitare. Avec BUKOWSKI, c’est l’expérience du power trio qui m’a séduit, c’est efficace et moins prise de tête, et les cachets sont plus importants, vu que l’on est 3 ! (rires)

Avec BUKOWSKI, comment as-tu connu les membres ?

Matt officiait à la gratte dans Wünjo, c’est un vieux pote ! Son frère Julien est un excellent bassiste, il jouait dans Kwamis, et l’idée de jouer tous les 3 m’a semblé parfaite. On a très vite composé, on s’est aussi bien bourré la gueule, ça nous a donné pas mal d’idées ! (rires)

Avez-vous maintenant souvent l’occasion de travailler ensemble ou de vous voir ? Par rapport aux répétitions, tournées, enregistrements, et dans la vie de tous les jours ?

BUKOWSKI, c’est comme une fratrie, il y a deux frère de sang et un frère de cœur… Moi ! Nous sommes tout le temps fourrés ensemble, c’est vraiment une façon de vivre à 3, c est vrai que nous n’avons pas toujours les idées claires, comme 3 Punks pures souches qui veulent en découdre ! Nous avons réussi à nous forger une vraie histoire, « We are brothers of blood my friend ! ».

Quelle est ta place dans le groupe ? On pourrait croire que le batteur a tendance à suivre quelques fois, mais dans une formation à 3, comment fonctionnez vous ?

Personnellement, je bosse beaucoup avec Matt, peinard chez lui avec deux grattes acoustiques, j’ai toujours bricolé des riffs de mon côté et mes idées sont souvent en accord avec les idées lumineuses de Matt. En répet’, je fais office de chef d’orchestre, notamment pour les structures et arrangements. Les choses sont assez faciles avec de bons musiciens, certaines chansons naissent en 1/4 d heure, ça tombe du ciel ! C’est ce qu’on aime à croire. (rires)

Quels sont tes influences musicales, je trouve dans ton jeu un son très Groovy, un son très énergique, proche parfois de Chad Smith?

Je dirais que je me considère comme un Rocker avant tout, j’aime quand un titre sonne en son entier, et je ne suis pas trop fan des batteurs « élites » genre grosse technique mais rien dans le froc ! (rires) J’adore les bons vieux bûcherons de Bonham à Dave Grohl, et puis aussi des mecs comme Vinnie Paul et Mike Brodin, ce sont des machines de guerre ! Je suis là pour servir la chanson et rien d’autre, un bon cogneur avant tout !

Aurais-tu une anecdote qui s’est déroulée lors de la dernière tournée, dont la dernière date s’est terminée à Jarny le 8 Janvier ?

Tu sais quand tu tournes à l’étranger, toutes les dates sont remplies de délires en tous genres, l’Argentine a été le théâtre de pas mal de plans hallucinants, c’est un pays de « cow-boys » pas très commodes… Mais ce sont  surtout des putains de souvenirs à garder bien au fond de son crâne !

A quel(s) groupe(s) pourrait t’on vous comparer?

On nous parle de « Stoner »,  c’est un peu comme cela que l’on nous a étiqueté, c’est n’importe quoi. Certes, Queens of The Stone Age sont très bon, mais nous nous influençons de plein de groupes, ça fait bientôt 20 piges que nous pratiquons la musique, alors bien sûr nous avons des références très variées : Faith No More, Alter Bridge, Megadeth, Supergrass, Entombed, Down, Dimmu Borgir, Fall Out Boy… Variées je te dis !

Quel retour avez-vous eu sur votre premier album, et votre tournée?

C’est une histoire incroyable, nous avons rapidement marqué les esprits, dans un monde qui croule sous les groupes en tous genres, mais notre style a plu, nous sommes sorti du lot ! « Amazing Grace » nous a ouvert beaucoup de portes, les retours presses ont été énormes, Rock Hard nous a classé entre Kiss et Megadeth pour l’année 2009 et le mag « 20 minutes » nous a mis dans son Top 10 avant Nolwenn Leroy, c’est un truc de ouf ! (rire)

Et puis les titres collent à fond à la scène, on s’est vu booké sur des tournées à l’étranger (Irlande, Allemagne, Argentine, Belgique), comme quoi tout est possible. Pourtant à la base c’était limite récréatif comme projet ! Incroyable mais vrai !

Votre nouvel album « The Mindnight Son » est sorti le 14 Février, en es-tu content ? Y vois-tu une évolution ou alors une continuité ?

C’est un album qui colle parfaitement à nos personnalités, c’est du 100 % BUKO, nous avons pris pas mal de risques car nous avons voulu avant tout nous faire plaisir, c’est le disque que j’ai toujours voulu faire, un parfait panel de nos références ! C’est un album très varié mais toujours sur le fil du rasoir un peu en forme de montagnes russes, comme nos propre vies d’ailleurs, pour moi c’est un album triste, quasi romantique. DARKNESS ! Nous y avons mis nos tripes, le résultat est béton !

Quels sont tes prochains projets avec le groupe ? Une tournée prochainement ? Un clip ?

Nous attendons beaucoup de la tournée, c’est là que l’on marque des points ! En plus nous bossons avec New Track en bookeur (Mass Hysteria, Punish Your Self, The Arrs ….), nous attendons la finalisation des dates jusque fin 2011. Pour le clip, c’est en préparation et ça va chier grave ! Nous devons aussi nous exiler au japon, pour un échange nippon !

Comment vis-tu ton activité musicale ? Aurais-tu envie d’en vivre ?

Je taffe dans le milieu du spectacle, et j’arrondis les fins de mois avec les cachets du groupe. L’intermittence, c’est du passé pour moi. J’ai longtemps vécu correctement de mes cachets d’artistes, mais c’est une autre époque !

Merci Niko de nous avoir fait partager ta vision actuelle dans le groupe BUKOWSKI, nous espérons vous retrouver dans l’Est de la France pendant votre prochaine tournée.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.

Ajouter un commentaire

Obligatoire

Ne sera pas publié. Requis

Facultatif