INTERVIEW LOST OPERA

Par Céd dans Interviews

Logo Lost Opera

LOST OPERA est un groupe de metal mélodique avec différentes influences death, symphonique, voir progressif. Leur musique touchent autnt les gros blackeux barbus que les gens qui n’ont jamais écouté de Metal de leur vie. Ils nous viennent d’Evreux et se sont formés en 2007, avec un premier album sortie en 2011. Après un énorme travail de composition ils se préparent à nous présenter leur nouveau né Hidden Sides (Chronique à venir prochainement), entretien avec Stéphane le claviériste et Loic au chant.

Lost-Opera-Groupe

Votre nouvel album « HIDDEN SIDES » sort le 27 mai, pouvez nous en parlez ? Comment et où a-t-il été produit et par qui ?

Stéphane : Cet album est né de l’idée du line-up actuel, dès lors qu’il s’est fixé il y a 3 ans. Un album à l’atmosphère un peu plus sombre que le précédent, mais gardant toutes les règles du précédent, musicalement parlant, en y ajoutant des touches chacun à son tour. HIDDEN SIDES est issue de nos expériences personnelles et explore la dualité existante entre monde réel et introspection, ou entre aventure et psychologie. L’album a été financé en grande partie par la bienveillance de nos fans, via un crowdfunding qui a été un succès en juin 2015. Nous les remercions encore une fois, car nous avons pu enregistrer tout ça, dès le mois d’août au Wavelenght Studio, il s’occupera également du mixage l’automne suivant. Puis tout ce joyeux bordel a été envoyé au Danemark pour le passage en mastering par Jacob Hansen (Epica, Doro, Volbeat, …). Cela faisait un moment qu’on voulait travailler avec lui et ça a été une super expérience

Justement j’allais venir à ce crowdfunding, comment avez-vous vécu cette campagne et auriez-vous imaginé un tel succès ?

Stéphane : On l’espérait, après c’est vrai qu’on a accueilli ça avec une certaine émotion. Ça prouve que ce qu’on fait touche les gens, et ils nous le rendent puissance 10 000 au quotidien. Ça pousse à continuer à avancer toujours plus loin et donner le meilleur de nous-même malgré les difficultés de tenir un groupe en place, et ce que ça peut parfois comporter

Raph

Il me semble aussi que c’est Jacob Hansen qui a produit votre dernier clip « Follow the sing » ?

Stéphane : « Follow The Signs » est extrait de l’album HIDDEN SIDES, et en cela Jacob a également sa participation dans le bébé. Mais ce clip c’est avant tout, deux jours de tournage où tout le monde est passé à peu près par toutes les émotions, du figurant au personnage principal, en passant par… nous même ! Alain Berment, le réalisateur, a fait un travail du tonnerre malgré les conditions climatiques glaciales et le perfectionnisme des membres du groupe… Tout le monde a été à la hauteur et on est tous très contents du résultat.

cela n’a pas été toujours facile, on sent une grosse évolution, une musique plus mature, plus travaillée sur HIDDEN SIDES », peut-on en savoir plus ?

Stéphane : Effectivement, nous même le ressentons. Après, ALCHEMY OF QUINTESSENCE est sorti en 2011 et l’ensemble du line-up a été modifié depuis, à l’exception de Loïc. L’évolution s’explique par l’expérience qu’a acquise le groupe au fil des années, et à la touche personnelle de chacun, peut-être plus jeune, plus moderne… Nous avions envie de proposer le meilleur de nous-même à travers un produit que nous affectionnons tous, malgré les différences d’influences que nous avons chacun… et ça a pas été toujours facile.
Au final, nous avons un produit qui nous plaît vraiment, tout en ayant conservé cette identité propre qui a toujours fait la force de Lost Opera.

Julien

Vous ayant vu sur scène, on voit que vous êtes proche de votre public. Votre premier clip issu de l’album a été « So Wrong » qui est sorti l’année dernière, le second «Follow The Signs » plus récemment, pourquoi cet écart ? Pourquoi avoir choisi comme mode d’enregistrement le live ?

Stéphane : Oui, la proximité avec notre public est un de nos retours les plus récurrents. On aime communiquer avec eux, nous prenons chaque concert comme une fête et nous avons ce besoin-là de nous sentir proche de ceux qui nous soutiennent, avant, pendant et après chaque show! C’est une des raisons pour lesquelles « So Wrong », et « Rage » avant lui, sont sortis sous la forme d’un clip live. Mais ce sont avant tout des démos, nous sommes quand même passés en studio après les tournages pour enregistrer tout ça… L’autre raison pour laquelle nous avons choisi l’aspect live était que nous commencions à travailler sur l’album, et nous tenions à ce que le « vrai » clip annonciateur d’HIDDEN SIDES soit tourné puis diffusé peu avant la sortie même de l’album. « Rage » et « So Wrong etaient en quelque sorte une façon de vous dire « attention, ça bosse sur quelque chose, là »
Enfin, l’écart d’un an entre « So Wrong » et « Follow The Signs » s’explique simplement par le fait qu’entre les deux, un album était en préparation, et un enregistrement a été effectué. Nous travaillons beaucoup nos compositions et ajustements tous ensembles et nous ne pouvions pas couper notre élan et mettre de l’énergie dans un clip qui n’aurait fait que retarder la sortie d’HIDDEN SIDES et mettre à l’épreuve la patience de ceux qui nous suivent.

Pose finale Divan du Monde

Loic entre votre premier album « ALCHEMY OF QUINTESSENCE » et celui-ci on sent une grosse différence dans ta voix qui est devenue plus rauque, plus puissante, peux-tu nous en dire plus ?

Loic : Alors …, c’est simple, le travail …et quelques autres trucs bien sûr … Pour ALCHEMY ce fut mon premier enregistrement studio, et il a été fait par nous seuls …Je ne chantais pas depuis longtemps. Alors que pour HIDDEN SIDES, j’ai accumulé pas mal de live, écouté mon corps (oui, comme une chanteuse …) et me suis entouré de quelques personnes qui mon aiguillés vers les bonnes méthodes. Et enfin le petit (gros) plus, l’ingénieur du son qui nous a enregistrés a su tirer le meilleur de nous-même. Il a fait un travail de coaching fabuleux lors des sessions studio.

Pourquoi avoir fait le choix de faire tout votre album en anglais et de ne pas y avoir mis un ou deux titres français ?

Loic : L’opportunité ne s’est pas présentée tout simplement. Pour le premier album, les morceaux en français avait des textes qui se prêtaient à cette langue. .Pour ce deuxième album, ça n’a pas été le cas.

Loïc ACDM

Tes claviers sont vraiment présents sur «  Alchemy » et ont un son plus mélodique, thrash, sombre, tu gardes pourtant le son si particulier de LOST OPERA. Cela fait que l’on vous identifie de suite un peu comme le fait SABATON. Est-ce si voulu ?

Stéphane : Haha, ça fait plaisir que tu dise ça, tu sais, c’est pas évident sur le papier de garder une identité propre au groupe quand tu changes 4 membres sur 5 d’un album à un autre.
Cela dit, cette fameuse identité est aussi ce qui est notre chance, au final on n’a pas vraiment besoin de se forcer pour la garder. Elle est inconsciente et c’est tant mieux, car nous ne voulons pas que nos fans se perdent d’un morceau à l’autre. Ce que l’on produit, c’est simplement ce qu’on aime produire, ce qui explique certainement cette ligne directrice qui relie chacun de nos morceaux, malgré les nouvelles influences qui ont émergées depuis ALCHEMY.
Personnellement, au niveau du clavier, j’aime les sons très orchestraux. Je ne sais pas, peut-être que c’est la frustration du non-frontman qui veut montrer qui en a une grosse (rire). Plus sérieusement, cette sensation à la fois de diversité et d’identité conservée dans mon jeu et les ambiances qui s’en dégagent vient certainement du fait qu’au-delà de notre amour pour les orchestrations, nous recherchons toujours l’apport de touche innovante, plus « jeune » comme je le disais précédemment, et de varier un peu les plaisirs. Nous même, nous découvrons de nouvelles choses en travaillant, c’est toujours enrichissant.

Steph

ALCHEMY est assez symphonique avec beaucoup d’orchestrations et d’ambiances plus ou moins sombre. The Weight Of The Cross est également très symphonique, il a été enregistré avec des chœur, d’où cette idée ? Comment cela s’est passé ? Auriez-vous l’idée de passer le cap d’un live ou d’un album studio avec un orchestre symphonique ?

Stéphane : Ah, ça… Evidemment, vu notre style et notre affinité avec ça, nous pensons à faire un live ou un album avec un orchestre symphonique. Mais pour l’instant, aux vues des moyens requis, ça reste dans le domaine de l’utopique. On verra ça dans quelques années… ou quelques mois, hein, il ne faut jamais dire jamais ! T’en as à nous proposer ?
A l’ordre du jour, nous sommes en train de mettre en place quelques petites choses inédites pour nos lives, en corrélation avec le thème de l’album… Visuels, apparitions, … Nous vous laisserons découvrir cela en temps voulu !
Concernant « The Weight of the Cross », nous tenions à clôturer l’album avec un morceau un peu plus épique, avec effectivement l’apparition de véritables chœurs. Nous avons donc fait appel à certaines personnes dont nous savions qu’elles étaient parfaitement capables de remplir ce rôle, notamment Lucia Ferreira, chanteuse d’Akentra, ou encore Pascale Gronnier, chanteuse lyrique de talent depuis près de 20 ans. Tout ce petit monde a accepté tout de suite avec le sourire, l’enregistrement s’est passé à merveille, et ce sera réitéré à coup sûr !

Fete zik Lost Opera

Comment va se passer la promo de l’album, y a-t-il une tournée de programmée ?

Stéphane : Nous sommes en train de mettre tout ça en place, comme rien n’est officiel je ne vais pas en parler ici, mais oui, une tournée est bien en préparation. Ce coup-ci, le but sera de dépasser les frontières et de participer à du plus costaud niveau festival. Tout en continuant de rendre visite à certains lieux habitués, notamment au berceau du groupe, en Normandie. Plus d’informations prochainement donc !

HIDDEN SIDES sera disponible dans tous les points de ventes ? Comment se le procurer ?

Nous sortons l’album nous-même dans un premier temps, nous tenions à le sortir avant l’été. Il sera donc disponible auprès des membres du groupe, en concert, sur le site www.lostopera.com, ou directement par mail à l’adresse shop@lostopera.com. Nous espérons signer bientôt dans une nouvelle maison de disques, ce qui nous permettra d’étendre les possibilités de distribution

Merci à vous de m’avoir accordé un peu de temps, as-tu un petit mot pour la fin pour les lecteurs de Metalphizik ?

Merci à toi, et merci à vous pour votre soutien, ou tout du moins de nous avoir lu jusqu’au bout. Restez fidèles à Metalphizik et je vous invite à jeter un œil sur notre site internet ou nos pages Facebook et Youtube pour en découvrir toujours un peu plus sur Lost Opera. N’hésitez pas à nous contacter, on se voit bientôt !

Propos recueilli par MIOTTO Cédric

Photos: LOST OPERA

Van Tours LO

LINE UP

Loïc : Chant

Stéphane : Clavier

Julien : Batterie

Raphaël : Basse

Sven : Guitare

DISCOGRAPIE

2011

13318623_10154140455934351_1644323352_n

2016

cover front HS FB

CONTACT

FACEBOOK : www.facebook.com/lostoperametal

SITE OFFICIEL : www.lostopera.com

ViDEO

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire à cet article.

Ajouter un commentaire

Obligatoire

Ne sera pas publié. Requis

Facultatif